Les arbitres à l’honneur ! Interview de Justine, arbitre de Ligue au FCG

Les arbitres à l’honneur ! Interview de Justine, arbitre de Ligue au FCG

24 janvier 2017
Cette semaine nous avons la chance d’interviewer Justine Fontaine, arbitre de Ligue au FC Guichen. Elle nous partage son expérience et sa passion pour l’arbitrage !
F.C. Guichen : Bonjour Justine, racontez-nous comment vous êtes arrivée à l’arbitrage ?

Justine : « Au départ, et dès l’âge de 9 ans, je jouais au foot à Guichen. Puis j’ai rejoint l’équipe féminine de Bréquigny pour finir à Laillé où je jouais comme gardien de but. Lors de ma dernière saison à Laillé, je me suis blessée assez sérieusement au genou : entorse et déplacement de la rotule. Après cette blessure, j’avais beaucoup d’appréhension pour retourner dans les buts. J’avais fait part au coach que je voulais reprendre sur le terrain pour retrouver un peu de confiance. Mais sans comprendre mon besoin de changement poste, on ne m’a pas fait jouer.

Par la suite, je ne savais pas trop quoi faire, énervée parce ce que je voulais juste jouer au foot. Un weekend, en venant voir mon frère jouer au FC Guichen, j’ai croisé un copain d’école qui venait d’arrêter le foot pour se lancer dans l’arbitrage. Il allait justement à un match accompagné de Roger Frangeul qui m’a tout de suite proposé de venir découvrir cette autre facette du football.

Après cette découverte, je me suis dit que j’allais tenter l’aventure en me disant qu’après tout si ça ne me plaisait pas je pourrais toujours retourner faire du foot. Serge Bodin (référent arbitre du club à l’époque) et Roger m’ont donc expliqué comment on faisait pour devenir arbitre et le club m’a inscrit aux formations du District. »

F.C. Guichen : Pourriez-vous justement nous expliquer comment on devient arbitre officiel ?

Justine : « Pour devenir arbitre officiel de football, si on est déjà dans un club, il faut se manifester auprès de celui-ci et lui faire part de notre souhait pour devenir arbitre ; ou si on n’a pas de club, se renseigner directement auprès du district.

Pour devenir arbitre, on doit passer un examen. Quand je l’ai passé, on allait plusieurs dimanches de suite au district où on apprenait les règles de base du football. On faisait aussi quelques ateliers pratiques sur le terrain. Et le dernier dimanche on passait l’examen, composé d’un questionnaire sur les lois du jeu et d’un exercice pour remplir une feuille de match.

Aujourd’hui ça a un peu changé. C’est plus agréable. Ça se déroule désormais sur un week-end entier et la formation est bien plus axée sur des activités de terrain, je crois aussi que l’examen a été modifié. Plus tard dans la saison on a aussi un test physique à faire, car l’arbitre on l’oublie trop souvent doit être en excellente condition physique pour suivre les actions !

L’examen en poche, on reçoit notre première désignation pour officier notre premier match. Quand on est en jeune, on a la chance d’avoir un parrain. C’est un arbitre de ligue chargé de notre accompagnement pour débuter et qui peut venir nous donner des conseils. Quand j’ai commencé, on débutait sur le terrain sans aide. Maintenant, les jeunes sont suivis par un arbitre de ligue sur leurs 2 premiers matchs. On débute ainsi avec 2 autres jeunes arbitres, avec lesquels on tourne sur les postes d’arbitre central et d’arbitre de touche. À plusieurs, on prend plus vite confiance en soi, avant d’arbitrer seul en responsabilité un match le WE. C’est vraiment rassurant. »

F.C. Guichen : Justine, qu’est-ce que vous aimez dans l’arbitrage ?

Justine : « Ce que j’aime dans l’arbitrage c’est la pression et l’imprévu. C’est surtout les matchs à enjeux, les matchs de haut de classement et les matchs de fin de saison soit pour la montée ou pour ne pas descendre. En résumé, les matchs où il y a de la tension des deux côtés, sur les bancs, et où on sait qu’on est attendu, et qu’on ne va pas avoir le droit à l’erreur. Il n’était pas dans ma nature d’avoir confiance en moi. Or ce que j’aime dans l’arbitrage, c’est justement pouvoir m’exprimer devant plein de monde, de retrouver cette confiance en moi. J’aime aussi l’adrénaline procurée par la pression et l’envie de réussir un bon match, tant sur le plan physique, qu’au niveau des décisions d’arbitrage.

Le plaisir du sport est présent bien entendu, car on court beaucoup. J’aime aussi faire taire les a priori, les préjugé et autres stéréotypes sur une arbitre féminine qu’on peut entendre très souvent au début des matchs.

Finalement, arbitrer est un plaisir qui me permet de faire du sport à un niveau que je n’aurais jamais atteint comme joueur et de participer à des matchs merveilleux et inoubliables. J’ai eu la chance et le bonheur de faire l’arbitrage de touche en Ligue féminine au Stade du Roudourou pour le match EA-Guingamp/Olympique Lyonnais, ou encore, EA-Guingamp/PSG cette année à Saint-Brieuc. Quelques matchs de ligue 2 féminine également. Ce sont vraiment des expériences enrichissantes. »

F.C. Guichen : Mais alors, qu’est-ce que vous détestez dans l’arbitrage ?

Justine : « Ce que je n’aime pas, ce sont les remarques sexistes, mais aussi, et surtout les insultes. En même temps qui ferait du sport pour se faire insulter ? Ce qui m’énerve par-dessus tout, ce sont les matchs de jeunes où 5 à 10 parents s’acharnent à crier sur un jeune arbitre qui débute. J’aimerais dire à ces personnes qu’il serait bon qu’elles changent leur regard et voient leur fille ou leur fils à la place dans ce rôle d’arbitre. Agiraient-ils de la même façon ? Non. Alors pourquoi une telle attitude sur ces jeunes arbitres ?

Enfin, à titre personnel, je n’aime pas, évidemment, passer au travers d’un match ou faire une erreur qui influence le score final. Un arbitre est humain, il lui arrive aussi de faire des erreurs, involontaires bien sûr. »

F.C. Guichen : Justine, pour terminer, quel message souhaitez-vous apporter aux jeunes du FCG ?

Justine : « Pour ceux qui pratiquent le foot tous les WE, respectez l’arbitre. C’est un quelqu’un, comme vous, qui aime le foot. Je comprends et on a le droit en tant que joueur de ne pas être d’accord avec des décisions d’arbitre. Un joueur pendant son match, loupe parfois une passe, un contrôle. C’est également le cas pour les arbitres. Pour autant chacun est important, et doit respecter l’autre.
En tous les cas, si les jeunes filles et garçons veulent essayer l’arbitrage, il ne faut pas hésiter. Sans passer l’examen, on peut commencer par arbitrer les matchs du FCG sans arbitres officiels le week-end.
Vous pouvez aussi me solliciter si vous souhaitez venir avec moi sur un match, découvrir comment ça se passe. Pour ceux qui hésitent, sachez que quand on commence jeune, vers 15-16 ans, c’est super intéressant. Avec un peu de motivation, on peut gravir les échelons assez rapidement. Après plusieurs sélections pour devenir jeune arbitre de ligue, puis jeune arbitre de la Fédération, on peut très vite arbitrer des matchs passionnants de très haut niveau !

Pour finir, si vous avez un peu de temps à perdre ou à gagner, lisez les bases des lois du jeu, d’autant plus qu’elles viennent de changer ! Alors c’est le moment !! »

Justine FONTAINE

 

fleche
LES PARTENAIRES
En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies afin d'assurer le bon déroulement de votre visite et de réaliser des statistiques d'audience. En savoir plus